VIVRE en Plein Jour… car l’amour a besoin du soleil !

Bienvenue sur ce Site ! le Site qui lutte contre l’exclusion !

Qui ne rêve de vivre la tête haute, sans peur, au grand jour ? Et pourtant que de situations font blocage dans la société ou dans les églises  !
Les hommes et les femmes qui ont une autre orientation sexuelle, par exemple, les femmes qui sont encore considérées comme la seconde roue de la charrette aussi bien dans la société que dans l’entreprise, les handicapés qui ne peuvent circuler facilement dans la ville ou accéder à u emploi, les étrangers ou les personnes de couleur à qui on refuse un logement ou un emploi ou une responsabilité dans la société, ou encore les prêtres qui ont découvert l’amour et qui souhaitent partager la vie d’une épouse; mais encore les femmes qui n’ont accès à aucune fonction de gouvernement et relativement peu aux fonctions de recherche et d’enseignement dans cette église machiste qu’est l’ECR (Église catholique romaine) ou les divorcés remariés, ceux qui, après un premier échec, ont le courage de retenter l’aventure de l’amour !…
Tous souffrent de cette discrimination, de ces exclusions. En Chine, l’État croit guérir les homosexuels de ce qu’il qualifie de  « maladie » par un traitement à base de chocs électriques, comme pour les personnes en mal de raison.
Arrêtez-nous sur les cas de ces prêtres qui sont restés dans un ministère/ une fonction dans l’ECR), mais qui ont une relation d’amour avec une compagne, et voudraient bien ainsi « vivre au grand Jour ». Et ils sont nombreux !
Hélas, des règles ont été créées et imposées au Moyen Age par une hiérarchie qui ne vit pas toujours selon ce qu’elle prêche (voir le livre SODOMA sur les prêtres, évêques et cardinaux gays au Vatican !) A cette époque, il s’agissait surtout de protéger les biens d’une église alors riche contre les enfants qui héritaient de leur père-curé plutôt que pour un motif proprement évangélique !

Il leur reste deux solutions :
Comment faire ? Ou bien continuer la relation dans la clandestinité et la discrétion d’une «double vie », avec le risque qu’un changement de fonction ou de lieu d’exercice oblige le prêtre ou la compagne à de longs déplacements pour se retrouver ! Le risque aussi : la dénonciation d’un paroissien trop zélé qui avertisse l’évêque et crie au scandale. Si, si ! ça se trouve beaucoup aujourd’hui, des conservateurs, des intégristes qui pensent que c’est leur devoir de dénoncer… !
Auquel cas il faut vite plier bagage et le prêtre se retrouve… quasiment à la rue, sans le sou, sans toit, sans métier ni travail, sauf quelques rares exceptions. Je sais un prêtre à qui l’évêque a prescrit de déménager du presbytère de nuit mais sans aucune aide ! Il n’avait pas eu l’autorisation d’en parler dans sa paroisse. Et, chose étrange, il avait obéi ! L’ECR, haut lieu de la fraternité ?! Je sais une compagne de prêtre contre qui l’évêque de son mari a fait pression sur un futur employeur pour ne pas l’embaucher et ce cas n’est pas rare !

La hiérarchie joue ainsi contre son camp car un certain nombre de prêtres plus jeunes que la moyenne, solides dans leur foi, mais ayant croisé l’amour d’une compagne, auraient continué  d’exercer leur ministère à la grande satisfaction des paroissiens. Au lieu de cela, ils s’en vont, souvent furieux contre ces comportements dignes d’un autre âge qui leur imposent de partir  » le plus tôt possible » et « le plus loin possible » (suivant la formule « consacrée » que l’on retrouve dans la bouche de nombre d’évêques; du copier-coller, sans un minimum de cœur et de réflexion humaine !). Et ils s’en vont, certains, quasiment sur la pointe des pieds, parce qu’on le leur a imposé, comme des voleurs ou comme de grands pécheurs. Alors qu’on leur servait, peu de temps auparavant, du « Mon très cher fils » ou encore « Cher collaborateur »  lorsqu’ils étaient en fonction, mais alors entièrement soumis !!!

Et ces couples qu’on ne qualifie pas de « nouveaux mariés » mais de « divorcés remariés » en mettant ainsi en avant leur premier échec et non leur courage de recommencer une nouvelle expérience, malgré l’appréhension qui restera dans leur tête pour certains  ! Alors qu’ils ont voulu tourner une page de leur vie, celle d’un mariage qui n’a pas réussi, ceux qui s’estiment les « gardiens du Temple » les excluent car exclure quelqu’un de sa table, c’est l’exclure complètement, non ?

Et ces enfants de couples où l’un était prêtre ou religieux/religieuse et qu’on a exclues, ils ont porté dans leur chair la souffrance de leurs parents. Certains ont été trimbalés d’un endroit à un autre parce qu’il fallait partir pour s’éviter l’humiliation des bons chrétiens, ceux qui revendiquent une église pure et sans tache, mais dont peut-être la fille ou la nièce ou la femme sont allés à l’étranger se faire avorter de manière à ce que, autour d’eux, rien ne puisse transparaître ! J’ai connu ça !
Mais des yeux s’ouvrent alors.

     Ainsi cette apparente fraternité, ce n’était que du vent, des discours ?

Ce n’était qu’une apparence, le comportement d’une boutique comme une autre ? Seul le pouvoir sur les hommes et sur les consciences y tenait lieu de colonne vertébrale ?
Pour peu que le temps soit propice à la réflexion, à la recherche, à la lecture, et grâce aux moyens modernes de communication, les idées peuvent aller vite, très vite ! Ici comme ailleurs les comportements évoluent et, de plus en plus, ceux qui sont ainsi obligés de quitter leur ministère dans ces conditions dégradantes ont compris qu’ils n’avaient plus à obéir à de tels abus d’autorité. « Aujourd’hui, me disait un ami, je suis un homme libre. Je reprends ma vie en mains. Je vais pouvoir l’orienter comme un adulte expérimenté et non comme l’adolescent immature que j’étais lors de mon ordination. Je vais pouvoir contrôler ma vie, la maîtriser au lieu de l’abandonner au pouvoir de personnes en qui je n’ai plus confiance.« 
Ceux qu’on avait voulu exclure de la « communion » s’en sont allés; ils ont trouvé d’autres lieux où on ne leur a pas demandé leur certificat de baptême ou de mariage. Les professeurs qu’on a empêches de professer ont trouvé une autre faculté qui les a accueillis. Quant aux gays, hommes ou femmes, ils ont compris qu’ils n’avaient pas place dans une structure qui a perdu ses repères. Et ces Enfants de prêtre ou de religieux/religieuse, on leur donnera aussi la parole. Dans ce Blog nous essaierons de faire une place à chacun de ces exclus.
Et eux tous, que deviendront-ils ? Leur regard sur cette église ne peut que changer à cause de cette expérience douloureuse qu’ils viennent de vivre.
L’Expérience ? Ah ! Oui ! Rien ne vaut l’expérience personnelle, celle qui ne trompe pas, loin des discours,  celle sur laquelle on passera du temps à réfléchir, celle dont on va tirer des conclusions dignes des faits, loin de l’idéologie jusqu’alors répandue à profusion et dont les structures de pouvoir ont bien profité !
Ils ont hâte de se reconstruire grâce à d’autres amitiés,  d’autres relations, d’autres solidarités. Cet homme Jésus qu’ils croyaient découvrir dans cette église, ils le retrouveront dans d’autres lieux, d’autres gens, d’autres gestes. Ils le retrouvent, tel un homme parmi les hommes, non comme un demi-dieu, mais en profond décalage avec les institutions religieuses, comme lui-même s’est dressé contre les institutions religieuses de son temps qui sclérosaient l’humanisation de la société. Il a su alors révéler un visage d’humanité qui nous a tellement éblouis.
Après tout, personne ne peut s’en dire propriétaire !
Et là est bien l’essentiel !

NB. Tous les témoignages rapportés sur ce Blog sont absolument authentiques, non trafiqués. Seules les signatures sont modifiés par souci de discrétion.
——————————————————————-

En ces temps troublés cette chanson est un appel à la tolérance. Amitiés

Faites en part à vos amis !

le dernier mot à Martin Luther King :

                                              « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères

                                                                  ou crever ensemble de notre bêtise. »

« We must learnto live together as brothers
or perish together as fools »

Bonne et longue route !

——————————————————————-

NB. Ce Blog est différent de tout autre Site et notamment du Site officiel d’une Association PLEIN JOUR (1) qui porte aussi un nom proche. Son lien est ICI >>http://plein-jour.eu   .

Information : Il existe aussi une nouvelle Association « Les Enfants du silence ». Elle concerne les Enfants de prêtres ou de religieuses.
Voir son Blog : http://enfantsdusilenceblog.wordpress.com/

———————————————————————————–

Contact avec le gestionnaire du blog  : « pleinjou@gmail.com »

Adresse du Blog : https://pleinjour.wordpress.com
Vous pouvez écrire directement au Site en utilisant le formulaire ci-dessous.


4 réflexions au sujet de « VIVRE en Plein Jour… car l’amour a besoin du soleil ! »

    pleinjour a répondu:
    26/03/2013 à 12:03

    J’aime votre expression : « ce regard sur l’autre ». Bien des situations de paix ou de guerre, d’aide ou d’indifférence, de solidarité ou de désintérêt… viennent du regard que nous portons sur les autres.
    Si ton oeil est bon, les autres t’apparaîtront meilleurs.
    Nous cherchons au sein de cette Association qui regroupe et des compagnes et des compagnons et des sympathisants à redonner sens à l’amour et à la vie, au delà des règlements et contraintes inhumaines qui multiplient les barrières !.
    Bonne route.
    Jean

    J’aime

    Sevim Kot a dit:
    11/04/2014 à 07:23

    *** cf; LETTRE DU PAPE JEAN-PAUL II
    AUX FEMMES – juin 1995

    ___

    Mais pourquoi nos femmes s’affublent-elles encore d’un voile pour se masquer le visage,
    et se détournent-elles à la vue d’un homme ? Cela est-il digne d’un peuple civilisé ?
    Camarades, nos femmes ne sont-elles pas des êtres humains, doués de raison comme nous ?
    Qu’elles montrent leur face sans crainte, et que leurs yeux n’aient pas peur de regarder le monde !
    Une nation avide de progrès ne saurait ignorer la moitié de son peuple !

    de Mustafa Kemal Atatürk

    J’aime

    Edie Salomé a dit:
    10/02/2022 à 15:55

    merci Jean, de fait ce sont autant de thèmes qui me sont chers et que je rapporte dans « ils ont volé nos jeunes années », l’emprise des églises mais aussi des sectes car cela va au-delà de l’église. bon courage, la vie est et sera toujours plus forte. Edie Salomé.

    J’aime

      Balzac a répondu:
      14/07/2022 à 19:23

      Bien des études ont depuis été publiées sur « l’emprise ».
      On disait encore hier soir qu’il y avait en France au moins 500.000 adeptes de sectes.
      On a encore du boulot. Lorsqu’ue personne considère la personne du prêtre comme sacre ou bien lorsqu’un prêtre se considère lui-même comme une personne sacre, c’est le saut vers l’emprise.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s